GLOBAL SECURITY, MULTIPOLARITY, CURRENT AND INTERNATIONAL SYSTEM

Threats and vulnerabilities in the global security environment
Auteur: 
Irnerio Seminatore
Date de publication: 
26/5/2014

 "THIRD MOSCOW CONFERENCE ON INTERNATIONAL SECURITY" (MCIS),
on the 23rd and 24th of May, 2014.

Text by Irnerio SEMINATORE
*******

Complete text in French available on the IERI website

Introduction

This lecture , examines the structure and the political morphology of the present international system and draws its main assessments.
From a military point of view, it describes the succession of three strategic cycles since 1990.
In terms of global security, it describes the transition from the “collective defense” concept, to the “collective security” one, as a consequence of the transition from bipolarity to multipolarity.
About this transition, it points to a significant reversal trend, the way from the “status quo” to the “logic of change”.
Then, after drawing a broad analysis of geopolitical and strategical relations between the major actors of the international system, Europe, Russia, the United State of America and China, this presentation reaches conclusions focusing on an increase of the threats and the worsening of risks and conflicts impacting the system globally.

Systemic transformations and strategic cycles

Since the nineties, we are witnessing a deep transformation of the international system, in particular the transition from bipolar to an accomplished multipolar system.
This transition, systemic, geopolitical and strategic is characterised by three major structural changes:
The end of the monopolistic status of the West over the rest of the World, and thus, the undisputed dominance of the northern hemisphere over the southern hemisphere, performed during four centuries.The evolution towards a "shared power" or towards a global distribution of power, in other terms, towards a world of "relative powers".
The emergence, after Nine-11, of a kind of "global leadership", instead of the earlier "global dominance".
From a military point of view, this transition generated three strategic cycles and therefore different types of use of the armed violence and adaptating the military tool to the dialectic of war.

    – The cycle of transformations (1990 - 2003): “peacekeeping” Land Forces and strategic use of aviation.

    – The "cycle of small wars" (2007 – 2014) of counterinsurgency use of ground forces and air support .

    – The cycle of conflict between large areas (2008 (Georgia) - 2030): offensive come-back of regional powers in the major maritime and continental areas.This cycle which will be the one of the strategic use of the cyberspace and the outer-space on the "off-limits" type of war (or the "no-rules war") punctuated by strategic raids.

Starting with the collapse of bipolarity the logic of defence, succeeded the collective defence one, and adopted as main target, the stability of the political-strategic order along with the constructive dialogue as a regulatory principle.
But the frailty of this principle should justify the creation of a collective security system. However, all security logic must face two challenges:
The first one is based on the impossibility of conceiving and enforcing a security system which covers the international community as a whole.
The second challenge to collective security corresponds to its own cyclical nature, mainly due to States which have neither political stability nor permanent strategies. This requires from every actor to be vigilant and a permanent adaptation to the ever renewed capabilities of rival players, within the same region or the same system.

Flipping the world axis of gravity and breaching the commitments

Since 1990, relations between Russia and Europe are sourcing a lot of complaints about breaking the commitments regarding further enlargements and attempts to isolate Moscow geopolitically. The rupture of the agreements has been interpreted by Moscow as a "threat" to the former Soviet preserved area of influence and as an attempt to weaken and destabilise " their "near neighbourhood."
For the Kremlin, Western policies have betrayed the formal guarantees given byBush Senior, confirmed by the former Ambassador to Moscow from 1987 to 1991, Jack Matlock to the "Washington Post", not to take advantage of Gorbachev concessions accepting the reunification of Germany ,the dissolution of the "Warsaw Pact".
As a proof of these allegations, Russia argues of the implementation of NATO bases in some of the former Soviet republics instead of the transformation of the Atlantic Alliance into a Global Alliance.
Moreover, the new NATO concept that appears as a compromise between the "collective defence strategy" into the Euro-Atlantic area and a "global stabilisation strategy", progressively extended to Central, Eastern and Southern Europe (Georgia, Ukraine ..) but also to the crisis in the Greater Middle-East, Gulf and Mediterranean areas to the Eurasian junction zones (Afghanistan).
European Union countries can act militarily only in both cases of "collective defence" and "collective security”.
"Collective defene" is part of the U.S. strategy of which it represents now one of the two components and is enforced by and within NATO.The "collective security" directly results from the multipolar vision of the USA and is translated into actions of international police, crisis management and peacekeeping.
In addition, the project of deploying an Anti-Ballistic Missile (ABM) system hides a will of intimidation and one may doubt of its sole defensive purpose.
From a diplomatical and geopolitical point of view, the entrance of the Baltic and Eastern European countries into NATO, the signature of the Oriental partnership in 2007 with six former socialist republics, the multiple supports to the "colour revolutions" in Ukraine and Georgia have not kept into account the large continental balances and the defence and security interests of Russia in Europe.

EUROPE - RUSSIAN FEDERATION
A new paneuropean security and stability treaty: an inclusive, global and stustainable "common roof"

The reinstoration of an area of cooperation and dialogue between the Russian Federation and Europe, shattered by the Ukrainian crisis, involves the cooperation of both parties around a pan-european political order in the border zone of East and South Europe.
This area was a geostrategic one in which East and Western power struggles were exacerbated at the time of bipolarity and remain tense,nowadays. This is why a pan- European order has a function of equilibrate, include, partly integrate the European Nations and Russia in a multipolar spirit.
Can we build today a strictly regional international order ttaking over the post-Cold War political fragmentation not yet stabilized ?
The answer is no .
Indeed, the possible adoption of a "Treaty of security and stability in Europe" should aim at establishing the European security on Nations' order and, in addition, on the guarantee of the Atlantic Alliance .
This project aims to overcome the logic of differentiated safety areas (Eastern and South East Europe, Caucasus, Gulf , Middle East , etc..).
The safety purpose of an open global order is to promote an atmosphere of confidence allowing the de-escalation along with the diplomatic dialogue in Ukraine. The antagonistic approach to conflict prevention in the Baltic axis and the project of creating an anti missile shield and its counterpart cannot be isolated from the global context.
The cornerstone of a new "indivisible security" agreement between Europe, the United States and the Russian Federation on the continent and in the northern hemisphere, is based on the adoption of a common framework that oversees all security organizations, only focusing on the “hard” issues.
This agreement could be felt by all parties as the "common framework" for a system of collective security and cooperation from Vancouver to Vladivostok, a "common roof" for the other organizations across the Eurasian space.
The ground for this project would be pretend to respond to universal safety concerns without eliminating the notions of "areas of responsibility" or "special interests" that can make compatible the objectives of the "Eastern Partnership" (27 +6) with those foreseen in a EU-Russia "strategic partnership" perspective.
Thus, the essential function of a newfound global security would be a better
Coordination of the activities of these organisations on the basis of common and accepted principles, without substituting, replacing or deleting what already exists, by the creation of new structures.

THE UNITED STATES 
International security and the new american nuclear doctrine, deterrence and non-proliferation

Thus, the United States must combine two major regional strategies in Eurasia, the Euro-Atlantic strategy and trans-Pacific strategy.
In the Euro-Atlantic area, despite the divisions between the European Union States on the major geopolitical and geostrategic orientations towards the Russian Federation since 1990, the “confrontation" mentality has been rejected, but without not prohibiting the roll back of the former Soviet Union on its western previous borders.
But ,the “rollback” policy has strengthern thr ideological multilateralism, the doctrine of exporting democracy, the human rights policy and the war on terrorism on a global scale.
Thus, the "gravity center" of the USSR containment has moved from the heart of Eurasia to eastern and southern Europe, along the new geopolitical rift line that starts from the Baltic countries to the Black Sea and from Ukraine to Central Asia through the Caucasus and the Confederation of independent States as a key access from the west to the axix of the world, the “Heartland” of Halford Mackinder. This unstable gravity center announces the emergence of a space of pressure, intimidation and geopolitical influence games along on the Vilnius-Kiev-Donetsk-Tbilisi-Tehran axis.
How deter Iran, North Korea, Al Qaeda and other terrorist groups?
How stabilise Pakistan, persuade China, Russia, Turkey and other emerging countries which favor the path of dialogue? How to reduce the stocks, completely stop nuclear tests and fight against proliferation?

CHINA AND ITS FOREIGN POLICY

between multilaterilsm and multipoliraty

In the new international configuration, China presents a dual face, one of a " proactive conservative " power, a"moderate pertubator" and manages its geopolitical centrality in Eurasia through a mix of oblique bundle strategies, prevention of encirclement, opposition and power projection. Indeed, The Middle Kingdom operates towards the Pacific, the South China Sea, Indian Ocean and Africa.
In Asia and for the first time in History, Japan and China, are simultaneously regional powers.
In this context, the sudden opening of a crisis in Taiwan by Beijin would provoke a confrontation with the United States and, in its maritime supply absolute need, also with India.
Thereby, a movement perspective affects the Asian chessboard.
Indeed, the Chinese activism deeply influences the strategic issues of key regional actors in the South China Sea, where natural resources are challenged by Taiwan, the Philippines, Malaysia, Indonesia , Brunei, Singapore and Vietnam.

Linkage and interdiction strategy

In addition, the Linkage between South China Sea and the Pacific coastline is a part of the extension of Chinese security interests.
One of the keys in order to understand this interdependence between geopolitical areas of high strategic impact is the development of naval capabilities, sub-maritines and surface, of the Chinese fleet that fit into a trend towards a global maritimisation, at the risk of exclusion strategies and of access-denial, adopted by the BRICS.
Chinese strategic linkage thus define, at the sea level, a broad prohibition-strategy that is no longer only focused on Taiwan and includes the Yellow Sea in which Japan and South Korea fleets patrol.
Although the current prohibition capabilities of the Chinese fleet can stay away the foreign fleets from the Chineese maritime border, the development of the largest Asian submarine and amphibious fleet, has not yet filled deficiencies of a satellite coverage support for identifying moving targets.
From a global point of view, Beijing has set a foreign policy doctrine presented as "asymmetrical diplomacy" , that cannot ignore the classical morphology of geopolitical and strategic alliances , aimed at:
    - Reducing the American preponderance, while avoiding any military confrontation
    - Challenging hierarchies and the global distribution of power.
    - Contain the role of Japon in Far East and restricts it international ambitions

In regional terms, these indications command the Chinese leaders to avoid any form of significant conflict with their neighbors and indirectly continue the quest for regional supremacy, making China's sphere of influence a sphere of deference, respect and understanding towards Beijing choices. The central objective of the two lines is to reduce the role of Japan in the Far East and to curb its international ambitions.
So, the South China Sea becomes a geopolitical theater among the most critical in the world. Indeed, overlap here projections influence of China expansiveness and the defensive regional role of the U.S. . The first challenge regional stability, the second foreshadows a "soft containment" of a new type.

From a trend reversal of the "status quo"
Toward the "logic of movement"

From a cyclical point of view, the relative "status quo" that followed the collapse of the bipolarity system is no longer the best option to meet the needs of change as we have now entered in a "movement phase", in an acceleration of the historical process.

Ongoing transformation

Under these conditions, the essential characteristics of this transformation requirement of global relations are based on:
    - The growing volume of unsatisfied claims often irreconcilable
    - A wide distribution of latent tensions and open crises
    - An extension of rivalries at all poles and to most of the key actors
    - The multiplication of asymmetrical conflicts, of ethnic, cultural and separatists wars and an almost "regular" intrusion of interposed thirds.
    - The heterogeneity of values, interests and principles of action, making it difficult to compromise
    - A questioning of the legitimacy of political regimes, of the principles of sovereignty and autonomy, at least in the West.

Should we be the witnesses of an acceleration of History, that drive us to always experience its precarious and tragical nature?

*******

"TROISIEME CONFERENCE SUR LA SECURITE INTERNATIONALE DE MOSCOU" (MCIS),
les 23 et 24 Mai 2014

Texte par Irnerio SEMINATORE
*******
Texte complet est disponible ici

Bilan raisonné

À Moscou s'est déroulée les 23 et 24 Mai derniers la troisième conférence internationale sur le thème de la sécurité, organisée par le Ministère russe de la Défense avec l'intervention d'ouverture de son Ministre Anatoly Antonov, du Ministre des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, suivies par celle du Général Valery Guerassimov, Chef de l'État-Major général et vice ministre de la défense.

Cet événement a réuni environ 500 représentants officiels des pays asiatiques, européens, africains et latino-américains , des représentants des grandes organisations internationales (ONU, OSCE, OTCS) et de Think-tanks de différents pays, dont l'Institut Européen des Relations Internationales de Bruxelles (IERI). Se sont exprimés à tour de rôle à la tribune plusieurs ministres de la Défense et plusieurs Chefs d’État-major des armées, en apportant des analyses géopolitiques et socio-stratégiques particulièrement argumentées. Dans le débat sont également intervenues des personnalités extérieures américaines, otaniennes et européenne.

Le colloque a débuté par un tour d'horizon approfondi des différentes zones critiques de la planète, avec une attention particulière aux rapports de force stratégiques et militaires en leur présentation visuelle, accompagnés de commentaires sur les identités politiques et stratégiques des acteurs étatiques et des actants militaires (forces exotiques, trans- et sub-étatiques). Par ailleurs, un examen historique a été consacré aux « révolutions de couleurs » en leurs répercussions sur la géopolitique européenne et eurasienne.

La partie la plus utile, pour des observateurs professionnels et pour des spécialistes des rapports internationaux et stratégiques, a été la présentation des cadres compartimentés des différents théâtres de conflit. Le fil conducteur des analyses régionales a été représenté par la dialectique terrorisme/antiterrorisme avec une attention particulière aux phénomènes de déstabilisation et de désagrégation sociales et un rappel de fond sur les trafics de drogue et leurs répercussions.

Les interventions les plus remarquées ont été celles à caractère général et à plus grande étendue et profondeur stratégiques, impliquant des analyses sur les interventions directes ou indirectes des grandes puissances. La fragmentation des théâtres et la focalisation sur les intérêts régionaux ont représenté des avantages cognitifs et informationnels significatifs. Des limites épistémologiques sont apparues en raison d'une carence d'analyse globale de la sécurité à appréhender en termes de multipolarité.

En effet, nous entendons par analyse multipolaire l'analyse générale de la conjoncture et la logique unifiante des stratégies globales des grandes puissances dans leurs relations réciproques ou croisées, de type coopératif et/ou conflictuel.

Le terrorisme international ne représente pas en effet, ni théoriquement, ni politiquement, un facteur de cohésion suffisant pour saisir l'importance des engagements des grandes puissances en leurs alliances ou coalitions, comme l'affirmait déjà Brzeziński en 1997.

La conférence a montré l'importance et la pertinence de ce type de réunion sur le plan géopolitique et stratégique. Elle aurait gagné en signification si elle avait impliqué une analyse impliquant une approche davantage ciblée sur les deux triangles déterminants du système international : les relations Russie-USA-UE dans l'hémisphère nord et les relations USA-Russie-Chine, analysées sous l'aspect de la rivalité stratégique et hégémonique à l'échelle mondiale. Il nous semble opportun qu'un prolongement et un complément politique et stratégique de ce colloque puissent avoir lieu à l'avenir.

Il serait utile à terme, de prendre également en considération la sécurité globale comme linkage stratégique et interdépendance croisée des aspects politico-militaires et socio-économiques, tant à l'intérieur de la logique de rivalité Est-Ouest et que de la relation d'influence Nord-Sud.

Représentations participantes : Afghanistan, Algérie, Allemagne, Arménie, Autriche, Azerbaïdjan, Bélarus, Belgique, Canada, Chine, Égypte, Émirats Arabes Unis, Espagne, France, Inde, Iran, Israël, Italie, Kazakhstan, Kirghizstan Liban, Libye, Monténégro, Myanmar, Norvège, Ouzbékistan, Pakistan, Serbie, Suisse, Syrie, Tadjikistan, Turkménistan, Turquie, USA, Communauté des Etats Indépendants, Organisation de Coopération de Shanghai, Organisation du Traité de Sécurité Collective, Ligue Arabe, Nations Unies.

*

*        *

Introduction

L'exposé qui vous est ici présenté, examine la structure et la morphologie politique du système international actuel et il en dresse les constats majeurs.
Du point de vue de la logique militaire, il fait état de la succession de trois cycles stratégiques depuis 1990.
En termes de sécurité globale, il décrit la transition du concept de « défense collective » à celui de « sécurité collective » comme conséquence du passage de la bipolarité à la multipolarité.
Au sujet de cette transition, il fait remarquer une inversion de tendance significative, le passage du « status quo » à une « logique du mouvement ».
Puis, après avoir brossé une analyse sommaire des relations géopolitiques et stratégiques entre les acteurs majeurs du système international, l'Europe, la Russie, les Etats-Unis et la Chine, il parvient à des conclusions qui mettent l'accent sur une situation d’intensification de menaces et d'aggravation des risques et des conflits au niveau global du système.

Transformations du système et cycles stratégiques

Depuis les années 1990, nous assistons à une profonde transformation systémique, géopolitique et stratégique de la scène internationale, comportant la transition de la bipolarité vers un système multipolaire accompli.
Cette transition est caractérisée par trois changements structurels majeurs.
    - La fin du statut monopolistique de l'Occident sur le monde, et donc de la dominance incontestée de l'hémisphère Nord sur l’hémisphère Sud, exercée depuis quatre siècles
    - L'évolution vers une distribution mondiale de la puissance, bref la marche en direction d'un monde de « puissances relatives »
    - L'émergence d'une forme de « global leadership » au lieu de la « global dominance » antérieure, représentée par les États-Unis.

Du point de vue militaire, cette transition a engendré trois grands cycles stratégiques et donc des modes différents d'emploi de la violence armée imposant des adaptations importantes de l'appareil militaire à la dialectique de la guerre.

    - Le cycle des transformations (1990 - 2003) : où les forces terrestres de « maintien de la paix » se prévalent d'un emploi stratégique de l'arme aérienne (ex Irak)
    - Le « cycle des petites guerres » (2007-2014) d'emploi anti-insurrectionnel des forces terrestres utilisant l'appui aérien au sol
    - Le cycle d'opposition entre grands espaces (2008 (Géorgie) - 2030) : qui sera marqué par le retour offensif des puissances régionales dans les grands espaces maritimes, ce cycle sera caractérisé par l'usage stratégique du cyber-espace et de l'espace éso-atmosphérique sur un mode de la guerre « off-limits » (ou de la « guerre sans règles »), ponctué par des coups de main stratégiques.

C’est à partir de la fin du bipolarisme que la logique de la “sécurité collective” a succédé à celle de “la défense”. La logique de la sécurité collective s'est assignée comme objectif la stabilité de l’ordre politico-stratégique et a adopté comme principe de régulation celui du dialogue constructif.

Or, la fragilité de ce principe est évidente, car toute logique de sécurité doit faire face à deux défis :
- Le premier est fondé sur l'impossibilité de faire respecter un système de sécurité qui recouvre la communauté internationale dans son ensemble.
- Le deuxième tient au caractère conjoncturel de la sécurité collective dû principalement à la nature des États, qui n’ont ni de régimes politiques stables, ni de stratégies permanentes. Ceci implique de la part de tout acteur un effort de vigilance permanente sur l’évolution des capacités des acteurs rivaux, de la même région ou du même système.

Retournement de l'axe de gravité du monde et rupture des engagements

Depuis 1990, les relations entre la Russie et l'Europe s'alimentent d'une série de griefs concernant la rupture des engagements assumés en matière d'élargissements et des tentatives d'isolement géopolitique de Moscou. La rupture des accords convenus a été interprétée par Moscou comme une « menace » portée à l'ancien espace soviétique et comme une « manœuvre » d'affaiblissement et de déstabilisation auprès de « l'étranger proche ».

Pour le Kremlin, la politique occidentale a trahi les assurances formelles de Bush Sr, confirmées par l'Ancien Ambassadeur à Moscou de 1987 à 1991 Jack Matlock sur le « Washington Post », de s'engager à ne pas tirer profit des concessions de Gorbatchev pour avoir accepté la réunification de l'Allemagne et la dissolution du « Pacte de Varsovie ».
A preuve de ces allégations, la Russie apporte l'argument de l'implantation des bases de l'OTAN dans les anciennes républiques soviétiques au lieu de la transformation de l'Alliance Atlantique en alliance globale.
Par ailleurs, le nouveau concept de l'OTAN qui apparaît un compromis entre la « stratégie de défense collective », dans l'aire euro-atlantique, et une « stratégie de stabilisation mondiale », a comporté l'extension du concept de stabilisation à l'Europe centrale, orientale et méridionale (Géorgie, Ukraine...) mais également aux crises du Grand Moyen-Orient, Golfe et Méditerranée jusqu'aux zones de jonction eurasiennes (Afghanistan).
En ce qui concerne l'Union Européene, les pays membres ne peuvent agir militairement que dans les deux hypothèses de la “défense collective” et de la “sécurité collective”. Or, la “défense collective” est inscrite dans la stratégie américaine, dont elle représente désormais une des deux composantes et celle de défence est encadrée dans et par l'OTAN.
La “sécurité collective” de l'Europe au plan mondial résulte directement de la vision multipolaire des USA et se concrétise par des actions de police internationale, de gestion des crises et de maintien de la paix.
Par ailleurs, le projet de déploiement d'un système antimissile de théâtre (BAM) de la part des Etats-Unis occulte une finalité à but désarmant dont il est permis de douter de sa finalité défensive.
Du point de vue diplomatique et géopolitique, l'entrée des pays Baltes et des pays de l'Est dans l'OTAN, la signature du partenariat Oriental en 2007 avec six anciennes républiques socialistes, les soutiens multiples aux « révolutions de couleur » en Ukraine et en Géorgie, n'ont pas tenu compte des grands équilibes continentaux et des intérêts de défense et de sécurité de la Russie en Europe.

EUROPE - FEDERATION DE RUSSIE
Un nouveau traité européen de sécurité et de stabilité paneuropéen
Un "toit commun", inclusif, global et durable

Ainsi le retour à un espace de coopération et de dialogue entre la Fédération de Russie et l'Europe, bouleversé par la crise Ukrainienne, implique l'association des deux parties autour d'un ordre politique pan-européen dans la zone charnière de l'Europe Orientale et Méridionale.
Cet espace a constitué une zone géostratégique dans laquelle les luttes d'influence Est-Ouest ont été exarcerbées à l'époque de la bipolarité et demeurent tendues. C'est pourquoi un ordre pan-européen a pour fonction d'être équilibrateur, inclusif, partiellement intégrateur et multipolaire.
Peut-on bâtir aujourd'hui un ordre international purement régional qui prenne le relais de l'émiettement politique consécutif à la guerre froide et non encore stabilisé ?
La réponse est non.
En effet, l'adoption éventuelle d'un « Traité de sécurité et de stabilité en Europe » devrait avoir pour but de fonder la sécurité européenne sur l'ordre des Nations et, en complément, sur la garantie de l'Alliance Atlantique.
Ce projet vise à dépasser la logique des aires de sécurité différenciées (Europe de l'Est et du Sud-Est, Caucase, Golfe, Moyen-Orient, etc.).
L'individualité de la sécurité européenne par rapport à la sécurité mondiale a besoin d'éviter tout esprit de confrontation, dans lequel se sont situées les approches antagonistes de l'Est et de l'Ouest. En effet, et aujourd'hui, une approche antagoniste caractérise les revendications des autorités centrales de Kiev et les institutions régionales ukrainiennes.
Le but sécuritaire d'un ordre global inclusif consiste à prôner le retour à un climat de confiance qui justifie la désescalade et le dialogue diplomatique à partir de l'Ukraine. L'approche antagoniste dans la prévention des conflits dans l'axe Baltique et dans le projet de création d'un bouclier et d'un contre bouclier antimissiles ne peut être isolée du contexte mondial. Cette approche doit être dissociée des relations globales entre grandes puissances, en Asie les relations sino-japonaises ou les relations entre le Japon, les deux Corées et les États-Unis.
La pierre angulaire d'un nouvel accord de « sécurité indivisible » entre l'Europe, les États-Unis et la Fédération de Russie sur le continent et dans l'hémisphère Nord, repose sur l'adoption d'un cadre commun qui chapeaute l'ensemble des organisations de sécurité, centrées sur les seules questions « hard ».
Cet accord pourrait être ressenti par toutes les parties comme le « toit commun » d'un système de sécurité collective et de coopération allant de Vancouver à Vladivostok, une « charpante partagée » pour les autres organisations de l'ensemble de l'espace eurasien.
Le fondement de ce projet serait de ne pas escamoter les notions de « zones de responsabilité » ou « d'intérêts spéciaux » qui permettent de rendre compatibles les objectifs du « Partenariat Oriental » (27+6) avec ceux qui sont prévus dans la perspective d'un « partenariat stratégique » UE-Russie.
Ainsi la fonction d'une sécurité globale retrouvée s'exprimerait par la meilleure coordination des activités de ces organisations sur la base de principes partagés et acceptés, sans se substituer, remplacer ou supprimer ce qui existe déjà, par la création de structures nouvelles.

LES ETATS - UNIS
la sécurité internationale et la nouvelle doctrien nucléaire américain
e
Dissusation et non-prolifération

Les Etats-Unis doivent combiner deux grandes stratégies régionales en Eurasie, la stratégie euro-atlantique et la stratégie trans-pacifique.
Dans l'espace euro-atlantique, malgré les divisions des Etats de l'Union européenne sur les grandes orientations géopolitiques et géostratégiques vis-à-vis de la Fédération de Russie depuis 1990, l'idée de « confrontation » a été rejetée, mais ceci n'a pas interdit le refoulement (roll back) de l'ancienne Union soviétique sur ses marches occidentales.
Or la politique de rollback a musclé idéologiquement le multilatéralisme, la doctrine de l'élargissement de la démocratie, la politique des droits de l'homme et la guerre au terrorisme à l'échelle globale.
Ainsi, « le centre de gravité » du containment de l'URSS s'est déplacé du cœur de l'Eurasie vers l'Europe orientale et méridionale, le long de la nouvelle ligne de faille géopolitique qui va des pays baltes à la Mer Noire et de l'Ukraine à l'Asie centrale, en passant par le Caucase et la Confédération des États indépendants comme clefs d'accès par l'Ouest à l'aire pivot du monde, le “Heartland” de Halford Mackinder. Ce centre de gravité mouvant préfigure aujourd'hui l'émergence d'un espace de pressions, d'intimidations et de jeux d'influence géopolitiques, situés en puzzle sur l'axe Vilnius, Kiev, Donetsk, Tbilissi, Téhéran.
Dans les conditions actuelles, le débat central dans un monde multipolaire devient celui de la dissuasion et de la non-prolifération.

Comment dissuader l'Iran, la Corée du Nord, Al Qaïda et les autres groupes terroristes ? Comment stabiliser le Pakistan, convaincre la Chine, la Russie, la Turquie et d'autres pays émergents à privilégier la voie du dialogue ? De quelle manière réduire les stocks, arrêter les essais nucléaires et lutter contre la prolifération?

LA CHINE ET LA POLITIQUE ETRANGERE CHINOISE
entre multilatéralisme et multipolarité

Dans la nouvelle configuration internationale, la Chine affiche un double statut, celui d'une puissance « conservatrice active » et « perturbatrice mesurée » et oriente sa centralité géopolitique en Eurasie au moyen d'un faisceau de stratégies enveloppantes et obliques, de contournement, de contre-encerclement, d'interdiction et de projection de puissance. En effet, l'Empire du Milieu opère de manière combinée en direction du Pacifique, de la mer de Chine méridionale, de l'Océan Indien et de l'Afrique.
En Asie et pour la première fois dans l'Histoire, le Japon et la Chine sont simultanément des puissances régionales.
Dans ce contexte, l'ouverture soudaine d'une crise à Taïwan de la part de Beijin provoquerait une confrontation avec les États-Unis et, dans son impératif d'approvisionnement maritime, avec l'Inde.
Ainsi une perspective de mouvement affecte l'échiquier asiatique. En effet, l'activisme chinois influence en profondeur les enjeux stratégiques des principaux acteurs régionaux dans la mer de Chine Méridionale, dont les ressources naturelles sont disputées par Taïwan, les Philippines, la Malaisie, l'Indonésie, Brunei, Singapour et le Vietnam.

Linkage et stratégie d'interdiction

De surcroit le Linkage entre la mer de Chine Méridionale et la façade maritime du Pacifique est inscrite dans l'extension des intérêts de sécurité chinois.
Une des clés de lecture de cette interdépendance entre zones géopolitiques à fort impact stratégique est le développement des capacités navales, sous-maritimes et de surface, de la flotte chinoise qui s'insèrent dans une tendance à la maritimisation du globe.
Le linkage stratégique chinois définit ainsi, au plan maritime, une stratégie d'interdiction à large spectre qui n'est plus focalisée uniquement sur Taïwan et inclut désormais la Mer Jaune dans laquelle patrouillent les flottes du Japon et de la Corée du Sud.
Bien que l'actuelle capacité d'interdiction de la flotte chinoise tienne à distance de la frontière maritime chinoise les flottes étrangères, la mise en mer de la plus importante flotte sous-marine et amphibie d'Asie n'a pas encore comblé les carences d'un support satellitaire d'appui, pour l'identification des cibles mobiles.
Du point de vue global, Beijin s'est employé à définir une doctrine de politique étrangère présentée comme « diplomatie asymétrique » tendant à :

  • réduire la prépondérance américaine, tout en évitant une confrontation militaire,
  • remettre en cause les hiérarchies et la distribution mondiale du pouvoir
  • contenir le rôle du Japon en Extrême Orient et d’en freiner les ambitions internationales.

En termes régionaux, ces indications commandent aux dirigeants chinois d’éviter tout conflit sérieux avec leurs voisins et de poursuivre indirectement la quête d’une suprématie régionale, en faisant de la sphère d’influence de la Chine une sphère de déférence, de respect et de compréhension vis-à-vis des choix de Pékin.
La mer de Chine Méridionale devient ainsi un théâtre géopolitique parmi les plus critiques de la planète. En effet, se superposent ici les projections d'influence de la Chine à caractère expansif et le rôle régional des États Unis à caractère défensif. Les premières remettent en cause la stabilité régionale, le deuxième préfigure un « soft containment » d'un type nouveau.

Un renversement de tendance
du "status quo" à la "logique de mouvement"

D'un point de vue conjoncturel et global, le « status quo » relatif, qui a suivi l'implosion du système de la bipolarité, ne représente plus l'option préférable pour la satisfaction des besoins collectifs de changements, car nous sommes entrés désormais dans une « phase de mouvement », dans une accélération du processus historique.

Les transformations en cours

Dans ces conditions, les caractéristiques essentielles de cette exigence de transformation des relations mondiales reposent sur :

  • le volume grandissant des revendications insatisfaites et souvent irréconciliables
  • une distribution large de tensions latentes et de crises ouvertes
  • une extension des rivalités à tous les pôles et à la plupart des acteurs clefs
  • la multiplication des conflits asymétriques, des guerres ethniques, culturelles, séparatistes et une intrusion presque « régulière » de tiers interposés.
  • l'hétérogénéité des valeurs, des intérêts et de principes d'action, rendant difficiles les compromis
  • une remise en cause de la légitimité des régimes politiques et des principes de souveraineté et d'autonomie, du moins en Occident.

Serions-nous les témoins d'une accélération de l'histoire, qui nous pousse à en retenir toujours le caractère précaire et la nature tragique ?

Post new comment

The content of this field is kept private and will not be shown publicly.
CAPTCHA
This question is for testing whether you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.